Calculer un bonus malus

Sommaire

 

Calculer votre bonus malus vous permet de connaître le montant de vos cotisations de l'année à venir.

Deux cas de figures peuvent se présenter :

  • L’année s’est écoulée sans accident : vous calculez votre bonus.
  • Vous avez eu un accident dont vous êtes responsable : vous calculez votre malus.

Voici comment calculer un bonus malus.

1. Calculez votre malus après un accident dont vous êtes responsable en tout ou partie

Vous êtes responsable d'un accident si l'une de ces deux conditions au moins est réunie :

  • vous avez commis une faute de conduite ou une infraction au code de la route ;
  • vous avez percuté un animal sauvage.

À noter : cependant, si l'accident ou la collision avec l’animal résultait d'un cas de force majeure (c'est-à-dire d'une situation irrésistible, imprévisible et extérieure), aucun malus ne pourra vous être appliqué par votre assureur.

Vous êtes entièrement responsable

  • Si vous utilisez votre véhicule à titre privé, vous aurez un malus de 25 % ou de 1,25, ce qui signifie que vos cotisations vont augmenter de 25 %.
  • Si vous utilisez votre véhicule à des fins professionnelles, vous aurez un malus de 20 % ou de 1,20, ce qui signifie que vos cotisations vont augmenter de 20 %.

À noter : s'il s'agit de votre deuxième accident avec un véhicule que vous utilisez à des fins personnelles, vous allez subir un malus supplémentaire de 1,25, ce qui vous fera payer 56,25 % de cotisations de plus par rapport à votre cotisation de départ.

Exemple : si votre première cotisation est de 273 € et que vous subissez un premier malus de 25 %, votre cotisation devient de 341,25 €. Si vous causez un autre accident, vous subirez alors 25 % de malus supplémentaire, ce qui portera votre cotisation à 426,56 €, soit une hausse de 56,25 % par rapport à 273 €.

Bon à savoir : le malus maximum applicable ne peut pas vous faire dépasser une augmentation de 250 %, ce qui correspond à 5 accidents. Il est fort probable que votre assureur ait résilié votre contrat avant d'en arriver là.

Vous êtes coresponsable

Si vous partagez la responsabilité avec un autre conducteur, vous partagerez également le malus et aurez donc :

  • un malus de 1,125 si vous utilisez votre véhicule à des fins personnelles, ce qui vous vaudra une augmentation 12,5 % de vos cotisations ;
  • un malus de 1,1 si vous utilisez votre véhicule à des fins professionnelles, ce qui vous vaudra une augmentation 10 % de vos cotisations.

Vous avez bénéficié d'un bonus de 50 % pendant 3 ans consécutifs

Dans ce cas vous serez exonéré du premier malus, même si vous êtes responsable ou coresponsable de l'accident.

Aucune pénalité ne vous sera appliquée pour le premier sinistre dont vous êtes partiellement ou totalement responsable que vous déclarerez à votre assureur.

Ce véritable droit à l’erreur instauré par le Code des assurances est appréciable pour le conducteur malchanceux et récompense sa prudence.

2. Calculez l’évolution de votre bonus après une année sans sinistre responsable

Après une année sans avoir provoqué d'accident, votre niveau de bonus évolue favorablement.

Soyez prudent et vous serez récompensé

  • Par un bonus de 5 % si vous utilisez votre véhicule à des fins personnelles, ce qui signifie que vous allez payer 5 % de moins sur vos cotisations. On parle également de 0,95 de bonus.
  • Par un bonus de 7 % si vous utilisez votre véhicule à des fins professionnelles, ce qui signifie que vous allez payer 7 % de moins sur vos cotisations. On parle également de 0,93 de bonus.

Exemple : si votre cotisation est de 273 € et que vous bénéficiez d'un bonus de 5 %, votre cotisation passe à 259,35 %. Si une année supplémentaire s'écoule sans aucune responsabilité dans un accident, vous bénéficierez d'un autre bonus de 5 %, portant votre cotisation à 246,38 €.

Méritez le bonus maximum

Chaque année sans sinistre va faire augmenter votre niveau de bonus.

Sans sinistre responsable, vous atteindrez le bonus maximum, soit le niveau 0,50 après 13 ans de bons résultats.

Certains assureurs récompensent leurs clients particulièrement prudents en leur accordant un « super bonus » qui peut correspondre jusqu’à 65 % de réduction. Profitez-en si vous avez la chance d’en bénéficier.

À noter : si vous changez d’assureur, votre nouvel assureur ne vous reportera qu’un niveau de bonus maximum de 50 % (c'est d'ailleurs celui-ci qui figurera sur le relevé d’information délivré par l’assureur que vous décideriez de quitter après votre résiliation). Avoir ce bonus maximum vous permettra de bénéficier du tarif le plus favorable proposé par votre nouvel assureur.

Ces pros peuvent vous aider