Loi sur l'assurance automobile

Sommaire

 

Il est obligatoire de souscrire une assurance automobile.

Selon la loi du 27 février 1958 sur l'assurance automobile, reprise à l'article L. 211-1 du Code des assurances et à l'article L. 324-1 du Code de la route, il est obligatoire de souscrire une assurance automobile.

Loi sur l'assurance automobile : obligations

L'article L. 211-1 du Code des assurances indique qu'il est obligatoire de souscrire une assurance automobile pour « tout véhicule automoteur destiné à circuler sur le sol et qui peut être actionné par une force mécanique sans être lié à une voie ferrée, ainsi que toute remorque, même non attelée ».

Le Fonds de Garantie des Assurances Obligatoires de dommages (FGAO) rappelle que les trottinettes électriques, hoverboards, mono-wheels et gyropodes sont considérés comme des véhicules terrestres à moteur, et par conséquent soumis à l’obligation d’assurance responsabilité civile automobile de l’article L. 211-1 du Code des assurances (communiqué du 18 juin 2019).

Bon à savoir : depuis le 1er septembre 2023, la conduite d’une trottinette électrique, d'un gyropode, mono-roue électrique ou hoverboard est interdite aux personnes de moins de 14 ans (décret n° 2023-848 du 31 août 2023 relatif à la réglementation des engins de déplacement personnel motorisés).

Une obligation d'assurance des dommages occasionnés aux tiers

Cette obligation d'assurance concerne l'assurance responsabilité civile, dite « garantie au tiers », qui permet de garantir les dommages corporels et matériels causés aux tiers.

L'assurance doit couvrir le propriétaire du véhicule, mais aussi :

  • toute personne en ayant la garde ;
  • toute personne en ayant la conduite, autorisée ou non ;
  • les passagers ;
  • les accessoires et objets transportés.

La loi précise par ailleurs que cette assurance doit être souscrite auprès d'une entreprise agréée pour pratiquer les opérations d'assurance contre les accidents résultant de l'emploi de véhicules automobiles.

Bon à savoir : la loi sur l'assurance automobile concerne aussi bien les véhicules en circulation que ceux qui ne circulent pas. En revanche, il n'y a pas d’obligation d’assurer les véhicules qui ne sont pas en état de circuler.

Une obligation d'affichage du certificat d'assurance

La présentation d'une attestation d'assurance est obligatoire pour pouvoir récupérer un véhicule à la fourrière depuis le 1er décembre 2016 (décret n° 2016-1289 du 30 septembre 2016).

À noter : un téléservice permet de rechercher si son véhicule a été placé en fourrière. Grâce au numéro de plaque d’immatriculation, le service informe l’usager de la localisation et des coordonnées de la fourrière si le véhicule a effectivement été enlevé.

Loi sur l'assurance automobile : sanctions

Ceux qui ne respectent pas les obligations de la loi sur l'assurance automobile s'exposent à des sanctions. En effet, le fait de mettre ou maintenir un véhicule en circulation sans assurance est un délit passible du tribunal correctionnel.

Le non-respect de l'obligation d'assurance constitue un délit

Selon l'article L324-2 du Code de la route, ce délit peut être sanctionné de 3 750 € d'amende, et de peines complémentaires telles que :

Bon à savoir : depuis le 1er janvier 2019, afin d'identifier facilement les véhicules non assurés, gendarmes et policiers ont accès au fichier des véhicules assurés (décret n° 2018-644 du 20 juillet 2018). Suite à l'arrêté du 3 septembre 2019, ce fichier, géré par l’Association pour la gestion des informations sur le risque en assurance (AGIRA), est également consulté suite à une infraction constatée par radar automatique.

Le nouveau système d'amende forfaitaire

La loi de modernisation de la Justice du 21e siècle du 18 novembre 2016 a instauré un nouveau dispositif dénommé « amende forfaitaire délictuelle », applicable depuis le 1er avril 2017 aux infractions constatées par un procès-verbal électronique (PVe).

Sans supprimer le caractère délictuel de l'infraction, ce système de traitement automatique a pour objet d'éviter l'encombrement des juridictions pénales.

S'il paie une amende forfaitaire, l'auteur du délit ne passera pas devant le tribunal correctionnel, et l'action publique s’éteindra. Cette amende s'élève à 500 €, minorée à 400 € en cas de paiement dans les 15 jours, majorée à 1 000 € si elle n'est pas réglée pas dans les temps. Cependant, cette amende forfaitaire n'est pas applicable si le délit a été commis par un mineur, ou en état de récidive, ou en cas de cumul d'infractions. Dans ces cas, l'affaire se réglera devant le tribunal.

Bon à savoir : si un propriétaire se voit refuser le droit de s'assurer à plusieurs reprises, il peut faire appel au bureau central de tarification qui se charge de lui trouver une assurance.

Ces pros peuvent vous aider