Jeunes conducteurs : comment éviter la surprime ?

Sommaire

 

Lorsque vous êtes jeune conducteur et que vous assurez pour la première fois votre propre véhicule, la compagnie d’assurance vous fera en général payer une surprime.

Pour contourner cette surprime, il vous faut principalement montrer que vous avez de l’expérience dans la conduite et que vous avez déjà été assuré.

Cette fiche pratique expose aux jeunes conducteurs comment éviter la surprime.

Zoom sur la surprime « jeunes conducteurs »

Les personnes concernées par la surprime sont les « jeunes conducteurs » au sens large :

  • ce ne sont pas uniquement les conducteurs, jeunes ou moins jeunes, qui possèdent un permis de conduire depuis moins de 3 ans ;
  • ce sont également ceux qui n’ont pas été assurés durant les 3 dernières années ou plus et qui, de ce fait, n'ont plus d'antécédents sur cette période de référence de 3 ans.

En qualité de jeune conducteur, vous représentez statistiquement pour votre assureur un risque plus élevé d’accident.

Pour se prémunir de ce risque et compenser le coût des sinistres occasionnés par cette par cette catégorie particulière de conducteurs, la compagnie d’assurance vous impose de payer une surprime « novice » au prix fort la première année et qui ira décroissant pour disparaître au bout de 2 ans.

À noter : certaines compagnies d’assurance vont même jusqu’à refuser catégoriquement d’assurer les conducteurs débutants, considérés comme des clients trop « à risques ».

1. Passez par la conduite accompagnée

Sachez que les jeunes conducteurs qui ont suivi la conduite accompagnée payent moins cher et moins longtemps cette surprime. Généralement, ils ne payent que 50 % de la prime sur une seule année.

 

2. Soyez déclaré comme conducteur secondaire

Pour être assuré comme conducteur secondaire, le meilleur moyen est de demander à votre famille ou aux personnes avec qui vous vivez de vous déclarer sur leur contrat d’assurance auto en tant que conducteur secondaire du véhicule.

Vous serez ainsi autorisé à conduire le véhicule de façon régulière mais sans en être le conducteur principal ou habituel.

Ceci vous permettra de vous constituer officiellement des antécédents de conducteur, qui s’ils sont bons vous permettront de ne pas subir (ou seulement de façon atténuée) les majorations « jeune conducteur » lorsque vous souscrirez votre premier contrat.

Bon à savoir : dans certains cas, le bonus que vous aurez acquis en tant que conducteur habituel pourra même être reporté sur votre propre contrat, à condition, bien sûr, de souscrire celui-ci chez le même assureur.

3. Faites des stages de conduite

Certains assureurs proposent aussi des stages à l’issue desquels la majoration « conducteur novice » pourra être supprimée.

À noter : ces formations ne sont pas gratuites, mais en général l’assureur prend en charge une partie des frais.


 

4. Privilégiez l’assureur de vos parents

Certains assureurs accordent en effet des conditions d’adhésion préférentielles aux enfants de leurs clients.

Conseil : renseignez-vous et étudiez si un traitement de faveur peut vous être accordé en qualité d’enfant d’assuré.

Ces pros peuvent vous aider